Francuski list „Libération“ o ilegalnom_bioskopu u Parizu

 

 

Dragi prijatelji ilegalnog bioskopa,
 
Želimo da sa vama podelimo vest da je francuski list „Libération“ prepoznao ilegalni bioskop u Parizu kao inovativan i zanimljiv projekat, te je o njemu 31. januara 2011. u ovom listu objavljen članak:
 
http://next.liberation.fr/culture/01012316938-le-collectif-tkh-usine-aux-laboratoires
 
U članku se navodi da TkH od maja prošle godine realizuje “ilegalni bioskop” u kulturnom centru Laboratoires d’Aubervilliers u Parizu.
 
„U ovom prostoru, otvorenom i besplatnom, gledaoci ilegalnog bioskopa, koji je TkH platforma pokrenula, su zapravo aktivni učesnici u projektu: svako je slobodan da predloži film i da o njemu pokrene debatu. Postoji samo jedan uslov „film ne može da prikazuje njegov autor“ „.
Koordinator pariskog ilegalnog bioskopa Mathieu Lericq kaže da je ovde izazov bio prekinuti tradiciju autoriteta, koja je u ovom slučaju dvostruka : tradicija autora I tradicija eksperta.
Za sineastu Philippe Troyon-a ova kinematografska ilegalnost predstavlja fundamentalni “prekid bez koga bismo živeli u košmaru”.
 
Ilegalni bioskop je u Parizu započet u okviru saradnje TkH platforme iz Beograda i Laboratoires d’Aubervilliers iz Pariza, kada je TkH pozvana da jedan deo svojih programskih aktivnosti realizuje u pomenutom kulturnom centru.
 
[ilegalni_bioskop] zamišljen je kao otvoreni (samo)edukativni projekat razmene i kontekstualizacije autorskih, dokumentarnih, aktivističkih, queer, anarhističkih, zabranjivanih i drugih marginalizovanih i teško dostupnih filmova u našem kontekstu. Projekat je otvoren za sve zaiteresovane da predlože filmove, ali sa obavezom da o njima govore, čime se briše čvrsta granica između urednika i publike i time izvodi proces samoedukacije. Tokom realizacije projekat se neprekidno razvija i proširuje svoj prvobitni okvir, generiše različite programske linije i pokušava da istraži nove procedure i moduse upotrebe umetnosti i kulture kao prostora za raznovrsnu produkciju znanja. Pored sve kompleksnijeg pitanja copyrighta, [ilegalni_bioskop] je posebno zainteresovan za delovanje na lokalni kulturni kontekst. Tako da u slučaju ovog projekta “ilegalno”, pre svega, podrazumeva proizvodnju prostora za sadržaje i procedure koji su evakuisani iz lokalne kulturne produkcije i distribucije.

Projekat se u Beogradu odvija svake nedelje od 18.00 u prostoru Kulturnog centra Magacin (Kraljevića Marka br. 4) u organizaciji TkH-platforme (www.tkh-generator.net), a u saradnji sa platformom Druga scena (www.drugascena.org).

U Parizu vreme odvijanja ilegalnog bioskopa je ponedeljak 19:30 u kulturnom centru Laboratoires d’Aubervilliers (41, rue Lécuyer, Aubervilliers).
 
------------------------------------------------------ 
 
Članak u „Libération“
Le collectif TkH usine aux Laboratoires
Par FELIX GATIER
 
Chaque lundi, le cinéma devient prétexte à des rencontres citoyennes gratuites à Aubervilliers.
Une séance d'«Illégal cinéma», en octobre 2010. - Mathieu Lericq
 
Situés depuis 1993 dans une ancienne usine métallurgique à la lisière de Paris, les Laboratoires d’Aubervilliers continuent de sortir des sentiers battus. Après avoir accueilli en 2009 le Théâtre permanent de Gwénaël Morin, le centre francilien héberge depuis mai dernier et jusqu’ à juin, le collectif serbe TkH et son «Illégal_cinéma», charriant son lot de questions sémantiques.
«Rupture». Dans la veine des utopies des années 60 et du mouvement situationniste, il s’agit ici de se réapproprier chaque lundi le discours sur l’art. Sous la toiture crénelée des Laboratoires, une agora nouvelle se cimente. Dans ce lieu ouvert et gratuit, les participants du cinéma de TkH sont les acteurs véritables du projet : chacun est libre de proposer un film (la liste d’«Illégal_cinéma» est ouverte jusqu’en juin) et d’éveiller le débat, de délier les langues. Seule condition : «Ne pas en être l’auteur.»
Selon Mathieu Lericq, coordinateur du projet à Aubervilliers,«l’enjeu est de rompre avec la tradition de l’autorité. Laquelle, en la matière , est double : c’est celle de l’auteur et celle de l’expert.» La bourrasque programmatique envoie donc tout valdinguer : les visiteurs-acteurs s’apostrophent, se confient, cherchent la clé de l’objet filmique.
Pour Philippe Troyon, cinéaste et responsable de «l’éducation à l’image» au sein de l’association Périphérie, cette illégalité cinématographique représente une «rupture» fondamentale,«sans laquelle nous vivons un cauchemar».
Concernant l’offre artistique, le public décide de tout. Rien n’entrave ses choix. Mathieu Lericq n’a pas son mot à dire : toutes les propositions sont les bienvenues. Pas de sélection, pas d’expertise. Un soir, on exhume l’Anticoncept, du lettriste Gil J. Wolman, projeté sur un ballon-sonde. Ce film inspira Debord et provoqua un sacré barnum, avant de finir censuré en 1952. Ou bien on glose sur Fatigue, docu inclassable de Benoît Labourdette, réalisé en 2003, psalmodiant l’épuisement d’un homme. Il est 23 heures, les sujets s’égrènent. Une femme guillerette, la soixantaine, s’insurge : «Je vais vous dire, moi je ne suis pas fatiguée, car j’aime la vie.»
Affres. Après le tourbillon du Théâtre permanent - six pièces fondatrices, allant des affres d’Antigone aux délires de Woyzeck,présentées gratuitement pendant un an, avec la même troupe, et quelques bouts de ficelle scénographiques -, les Laboratoires d’Aubervilliers continuent élégamment sur leur lancée. Ou comment laisser carte blanche, à quelques encablures de Paris, à un collectif né en 2007, au centre névralgique de la scène alternative belgradoise - le «Magacin u Kraljevica Marka» - sans faillir.
 
«Illégal _cinéma», chaque lundi aux Laboratoires, 41 ,rue Lécuyer, Aubervilliers (93). Programmation sur www.leslaboratoires.org

 

Theme provided by Danang Probo Sayekti.